Bassin à houle du laboratoire Sogreah

 

Bassin à houle du laboratoire Sogreah : l’océan à Grenoble !

Le laboratoire de la Sogreah, à Pont-De-Claix, abrite l’unique bassin à houle de génie littoral de France. Des équipes universitaires grenobloises y font régulièrement des études. Rencontre avec Eric Barthélémny, chercheur au Laboratoire des Ecoulement Géophysiques et Industriels (LEGI) et enseignant à Ense3, et Gérald Excoffier, responsable du laboratoire Sogreah.

Extrait du site internet de l’Institut polytechnique de Grenoble - Grenoble Institute of Technology

bassin-houle-sogreah.jpg

 

 

Le modèle de la baie de Somme dans le labo de SOGREAH,

 

 Cette vaste étendue estuarienne (70 km2) est soumise à un régime tidal important (marnage de 9-10m ; vitesse des courants 2 m/s) où domine le flot. En effet, celui-ci est plus rapide que le jusant, cette dissymétrie des courants de marée expliquant en grande partie le colmatage de la Baie de Somme. A chaque marée, une quantité importante de sédiments reste piégée préférentiellement sur la rive Sud du fait de la morphologie de la Baie et de la faiblesse des courants de jusant. Les masses d’eau mises en mouvement sont considérables (d’une centaine à plus de 350 millions de m3 selon le marnage en prenant en compte le delta externe).

 

 A la suite de plus de 2 ans de mesures en nature sur le site, la synthèse des données a abouti à la construction d’un modèle analogique à fond mobile. Ce modèle a été réalisé à l’échelle du 1/350 en plan correspondant à une surface de 60 km2 en baie. Il a été monté dans les locaux de la SOGREAH, près de Grenoble, et mesurait 48 m de long et 18 m de large. L’échelle des hauteurs a été exagérée près de 6 fois, la durée du cycle de marée ramené à 13minutes 20; les sables et vases naturelles étaient simulés par de la nacre artificielle et de la sciure de bois (Figures 25 et 26). Un cycle de pompage simulait le flot et le jusant, un générateur de houle produisait l’agitation, les sédiments étaient introduits à l’entrée du dispositif par une rampe perforée. Le fonctionnement de tous ces dispositifs était contrôlé par un programme informatique. Ainsi, l’évolution des fonds en une année était reproduite par 5 heures 20 minutes de fonctionnement du modèle. Le niveau des fonds était mesuré par des capteurs avant et après chaque essais.

Clic ci dessous pour accés au site Picardie

inter-16-carte-baie-de-somme.gif

 

Clic ci dessous pour accés aux photos du site Picardie

PLANCHE PHOTOGRAPHIQUE

 

b-chasse1-baie-de-somme.jpg

 

 Ce site sur la baie de Somme est un extrait du site internet de Jacques Beauchamp qui écrit

 

Remerciements: je remercie le Conseil Général de la Somme pour m’avoir autorisé à utiliser les données contenues dans les rapports qu’ils a commandés, et plus particulièrement M. Petitjean, secrétaire adjoint, et M. Leconte, subdivisionnaire du service maritime de St Valery.La mise à jour récente a bénéficié des informations obligeamment données par G. Leconte (DDE Abbeville), P. Triplet (Réserve naturelle de la Baie de Somme) et J.P. Ducrotoy (GEMEL). Qu'ils en soient remerciés.

Un excellent article de Sciences et vie de 1969 présente le laboratoire de Sogreah installé dans un bâtiment de l'usine Neyrpic dans le quartier de Beauvert à Grenoble.Merci à Maurice Bolze qui a trouvé cet article qui comporte de nombreuses photos.

Pour lire l'article cliquer sur le PDF ci dessous.

science-vie-fevrier-1969.pdf science-vie-fevrier-1969.pdf

cube-g.gif

 

Laboratoire Modèles Réduits Physiques

Film "Plus Vrai que Nature"

 

Ce film a été réalisé par Bernard et Michèle Dal Molin/Advita en 2013

Le film contient des vues du modèle du mont Saint Michel, le modèle construit pour l’autoroute A89,le modèle de la baie de Somme,la traversée de l’Atlantique de la barge qui transportait la centrale sur le site du barrage de Green Up WT Love sur l’Ohio.(curseur sur 3.39).Pour Greenup sur l’Ohio la construction de la structure en béton sur l’Ohio a été réalisée simultanément avec les opérations d’assemblage des turbines fixées dans une immense structure en tôles d’acier réalisée par les chantiers de l’Atlantique à Saint Nazaire.

https://www.youtube.com/watch?v=DndctbZkVT8

Vidéo Artelia ajoutée sur Youtube  le 8 oct. 2015

1 620 vues à la date du mardi 28 mars 2017

Commentaires de Jacques Decroux

La première vue, ma botte en gros plan (!) et ensuite les vues du modèle de l'étude du franchissement de l'A89 en digue  (et l'implantation du péage...) dans la plaine de confluence entre l'Isle et la Dordogne vers Libourne. Ceci dans les années 1998/99.

Ce modèle d'ampleur exceptionnelle (un terrain de football) avec des débits de 500l/s à l'échelle, dont il ne subsiste actuellement au Labo que la dalle, a servi de "calage" et de base pour élaborer le modèle numérique que le LHF sous la houlette de Patrick Sauvaget mettait au point.

Je me souviens de la difficulté de régler le modèle, je mettais en eau l'ensemble vers 8h00 du matin et l'ensemble était "stabilisé" vers 14h00, casse-croûte sur place, pour commencer les essais de modification, et je finissais parfois vers 20h00...Deux années d'étude.

Les débitmètres et la quarantaine de points de mesure de niveau, à lire avec une précision du 1/10 de mm, me faisait courir autour du modèle et je rentrais parfois un peu fatigué!!

Sous cet immense chapiteau, le froid l'hiver et l’étouffante chaleur l'été font partie malgré tout des bons souvenirs.

Le responsable de projet était Daniel Demmerle avec Bruno Buffin, et moi le technicien de modélisation

Jacques Decroux

Pour Greenup sur l’Ohio la construction de la structure en béton sur l’Ohio a été réalisée simultanément avec les opérations d’assemblage des turbines fixées dans une immense structure en tôles d’acier réalisée par les chantiers de l’Atlantique à Saint Nazaire.

Exploit oui car déjà l’idée de construire à Saint Nazaire la coque en acier et dans le même temps à Greenup au Kentucky la structure en béton n’est pas banale.Dans la structure en acier ont été installés les axes énormes des turbines usinées au Creusot, les trois turbines construites à Grenoble (coupées en deux morceaux pour les transporter par la route….) et d’autres pièces usinées par Alshom Belfort(il y avait encore un h dans le mot Alsthom qui était la contraction de Alsacienne Thomson).De Belfort les pièces ont emprunté le Rhin jusqu’à Rotterdam puis les barges ont navigué en mer jusqu’aux Chantiers de l’Atlantique à Saint Nazaire !!!

Vidéo publiée sur le site ARSA le 28 Mars 2017

 

 

 

Aucune vidéo à afficher.