Les grands travaux de la Semry au Cameroun-Film

Elephant

 

 

ameroun

 

 

Les grands travaux de la Semry au Cameroun

Riziculture moderne dans le Nord Cameroun

Film réalisé par Gérard Langlois en 1979

Ce n'est pas sans émotion que l'on revoit ces séquences filmées il y a près de quarante ans.L'Afrique que nous avons aimée est toujours vivace dans nos mémoires.La 404 Peugeot embourbée au passage d'un marigot.Les danses dans les villages.Les éléphants de la réserve de Waza.Pouss Maga Garoua Maroua sont des noms qui réveillent tant de bons souvenirs. Ces gros scrapers qui tournaient jour et nuit pour aplanir le sol.Les pelleteuses qui creusaient les canaux.Les toupies chargées de béton qui se croisaient dans des nuages de poussière ocre. 

Ayant eu la chance d'accompagner Gérard Langlois lorsqu'il a réalisé un film à Jakarta en 1978 je connais son exigence pour mixer des images de chantier dans leur contexte.Villages,enfants,maisons,marchés.Il fallait tout filmer pour être sûr de tout avoir à portée de main lors du montage.

Les commentaires précis qui accompagnent ce film sont entrecoupés des chants et musique particulièrement bien choisis. 

Joseph Viscuso que l'on voit au tout début du film règle la danse des scrappers qui roulent à toute allure.Un peu plus loin,Jean Pierre Sauvagère  est en discussion avec des ouvriers.Beaucoup de monde lors de l'inauguration de ce grand chantier.

Grace à Alain Schrambach j'ai eu le plaisir de découvrir ces belles réalisations en 1991 pour une post-évaluation 13 années après la mise en service des casiers rizicoles.

SEMRY (Société d’Expansion et de Modernisation de la Riziculture de Yagoua),

Elephants

Merci aux collègues qui nous ont adressé remerciements et commentaires.Leurs commentaires sont à la fin de la page

Les grands travaux de la Semry au Cameroun

Publié sur le blog le 25 Juillet 2016-CM

Crayon gif

Gérard Langlois

Gérard avait ce talent de résumer clairement en images le fonctionnement complexe des innovations techniques construites par Neyrpic et des modèles réduits du laboratoire de Sogreah.

Ancien élève de l’Idhec ,le département cinéma et photographie de Neyrpic qu’il a dirigé pendant une grande partie de sa carrière a produit de nombreux films dont beaucoup ont obtenu des prix.

Pour Sogreah il a réalisé plusieurs films dont celui, superbe, sur les grands aménagements hydro-agricoles de la Semry au nord Cameroun où les troupeaux d’éléphants côtoyant les vannes sophistiquées des canaux des rizières de Maga constituent un contraste que lui seul savait filmer.

A Jakarta où il avait débarqué à l’aéroport avec une tonne de matériel :caméras 35 mm, trépieds, bobines il avait su réaliser un film de grande qualité expliquant les enjeux de la construction de plusieurs barrages à Java pour alimenter la capitale Indonésienne. Le film « CJC project » réalisé en 1978 est toujours dans la cinémathèque de Sogreah sous format VHS.

Lorsqu’il fut en retraite il s’est consacré à la peinture et nous avons eu le plaisir de voir ses œuvres au chalet du CE chaque année au mois de mai. Gérard Langlois nous a quitté le samedi 3 septembre 2005.

 

gerard-langlois-biarritz.png

Gérard Langlois à Biarritz en Juin  1984. Premier prix au 17ème festival  national de l'audiovisuel d entreprise pour le film "Une Première Mondiale"

Barre vert prom haies

Messages reçus après la publication du film sur le site de l'Amicale

 

Nous recevons aujourd'hui 2 Août 2016 un commentaire très intéressant de Bernard Simon qui retrace l'histoire de la genèse de SEMRY et de l'aventure de la riziculture au Cameroun.

Benard Simon fut Directeur du service agro de Sogreah de 1970 à 1975

 

Mon cher Moinet,

Je vous remercie de m'avoir signalé l'existence de cet excellent film sur  le ( en non la) SEMRY que j'ai d'autant plus apprécié que j'ai été un de ceux qui ont été à l'origine de l'expérimentation de la riziculture irriguée au Cameroun .

D'ailleurs quand je suis allé à Yagoua avec un ami, administrateur de la FOM (Jacques Moity) dans le cadre de la mission  d'étude des implantations des secteurs de modernisation du paysannat dans le territoire, nous avons été  mis en demeure par le Chef de Subdivision, R. Blanchard, ancien FFL et Compagnon de la Libération, d'avoir à quitter les lieux dans les 24 heures faute de quoi il nous en ferait virer "manu militari". Il jugeait que nous voulions porter atteinte à ses prérogatives ! (je l'ai retrouvé par la suite au Dahomey et nous sommes devenus bons amis).

Aussi, je voudrais vous apporter des précisions sur la genèse de ce projet à propos de l'aventure de la riziculture au Cameroun. Elle a d'abord découlé des travaux de recherches menées sur le riz et sa culture, par la recherche française (dont INRA et IRAT) et de l'expertise de nos anciens d'Indochine.Il est d'ailleurs probable que si j'avais été encore à la SOGREAH à l'époque, j'aurais fait appel à des amis chercheurs pour la conception et la réalisation du projet, comme je l'avais fait à Abu Dhabi.

Je rappelle que la première petite station expérimentale avait été créée en 1950 à Nanga-Eboko (Gilbert Élias) alors que j'étais responsable de la Région Agricole du Nyong et Sanaga, et  que la station expérimentale de Pouss fut créée en 1954 à l'initiative de Charles Gaury, ingénieur en chef du Génie Rural, venant d'Indochine et chef du service du Génie Rural  puis Directeur des services de l'Agriculture  du Cameroun. Ouverture des terres et création furent confiées au même ingénieur, Gilbert Élias

Le financement des réalisations montrées dans ce film était en partie dû à la Caisse Centrale de Coopération économique (Agence Française de Développement) dont le responsable des projets agricoles à l'agence au Cameroun était à l'époque mon fils Didier Simon.J'ajouterais à titre d'anecdote qu'une de mes nièces, stagiaire au SEMRY, y rencontra celui qui devait devenir son mari, VSN sur place.

Trois membres de la même famille impliqués à divers titres dans le développement de la riziculture au Cameroun; le fait n'est pas banal et valait d'être noté. 

Bien cordialement.

Bernard SIMON

Bernard Simon au Sri Lanka en 1972

Groupe

Barre vert prom haies

Message du 31 Juillet 2016 de Jacques Bagnérés

Bonjour,

Ces documents me paraissent très intéressants, mais en ce qui concerne les barrages, et si l’on remonte aux années 80, je voudrais signaler deux barrages en Afrique : celui de Sélingué au Mali qui a permis l’autonomie énergétique de Bamako,  mis en service en 1981 et inauguré en présence de J.P.Gamot en 1982 et le barrage de Diama au Sénégal.

Bonne journée-Jacques Bagnérés

Barre vert prom haies Message du 26 Juillet 2016 de Corinne Langlois-Guez

Merci beaucoup, cela me touche beaucoup!
Quelle belle idee! En avez-vous d autres que vous pourriez mettre sur youtube?

Corinne Langlois-Guez

Barre vert prom haies

Message du 26 Juillet 2016 de Joseph Viscuso

Claude je te remercie infiniment du film de la Semry que j'ai reçu de ta part, vraiment c'est un beau cadeau encore merci reçois mes meilleurs salutations, bonne journée , Joseph Viscuso

Barre vert prom haies

Message du 26 Juillet 2016 de Gerard Navassartian

Merci Claude ,
 

Cela me touche beaucoup , merci encore mille fois .
A mon retour , je t'enverrai des photos et des anecdotes de mon passage à Maroua/Maga fin 1977 en mission puis en 1978 /1979 en detachement en famille .
Bien à toi .

Crayon gif

 

Commentaires (1)

1. SIMON Bernard 2016-07-29

Cher Moinet,
merci de m'avoir communiqué l'existence de ce film.
Je rappelle, à propos de l'aventure de la riziculture au Cameroun, que la première petite station expérimentale avait été créée en 1950 à Nanga-Eboko (Gilbert Élias) alors que j'étais responsable de la Région Agricole du Nyong et Sanaga, et que la station expérimentale de Pouss fut créée en 1954 à l'initiative de Charles Gaury, ingénieur du Génie Rural, venant d'Indochine et chef du service du Génie Rural puis Directeur des services de l'Agriculture du Cameroun. Ouverture des terres et création furent confiées au même ingénieur, Gilbert Élias.

Le financement des réalisations montrées dans ce film était en partie dû à la Caisse Centrale de Coopération économique (Agence Française de Développement) dont le responsable des projets agricoles au Cameroun était à l'époque mon fils Didier Simon.

Pour compléter : une de mes nièces, stagiaire à la SEMRY, y trouva son mari, VSN.

Trois générations impliquées à divers titres dans le développement de la riziculture; cà n'est pas banal !
Bien cordialement.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 2017-05-25