Le barrage de Turkwel Kenya

 

 

Le barrage de Turkwel au Kenya

 Kenya 240 animated flag gifs

Textes de Pierre Cochet et Pierre Bernard

Le texte de Pierre M Bernard est en bas de page

Turkwel kenya barrage voute amont bb

Photo Pierre M Bernard

 

Texte de Pierre Cochet

Le 22 Novembre 2013, une projection de films fut organisée par l'ARSA en hommage à Gérard Langlois.

L'amicale a décidé de projeter le film du barrage de Turkwell au Kenya.C'est sans doute le dernier film de Gérard Langlois que Gérard a réalisé pour SOGREAH.Sa réalisation s’est organisée à partir de 1989, et le montage final fut terminé durant l’année 1991.

Ce film  révèle tout le talent de Gérard Langlois, et exprime complètement sa capacité à monter l’essentiel de la complexité technique d’un projet avec des images, en rapprochant des séquences tournées à Grenoble, au laboratoire ou au siège de Sogreah, et celles tournées sur le site du chantier dans le nord du Kenya. Ce talent est aussi toujours présent lorsqu’il s’agit de suggérer, toujours avec quelques images d’une beauté sensible, l’ambiance d’un pays magique comme le Kenya, sa nature sauvage, sa lumière, ses paysages… Et là aussi, le choix d’une musique envoûtante, permanente, attache le spectateur et souligne le caractère unique d’un tel projet.

Car le sujet était, là encore, un morceau de choix, comme beaucoup de ceux qui ont fait la notoriété de notre société. Tout était parti d’une étude de développement régional confiée à SOGREAH, comportant un bilan complet des ressources en eau de la région, hydrologie, climatologie, eaux souterraines, etc. A l’issue de cette mission conduite en 1980-81 par Jean Marie Leblond, le recensement des possibilités hydroélectriques, qui faisait partie de l’étude, a mis en lumière l’intérêt tout spécial que pouvait avoir le développement d’un aménagement sur la rivière Suam qui prenait le nom de Turkwel, justement après le passage des gorges de Turkwel avant de plonger dans le rift africain. Le Kenya avait un besoin crucial de développer ses ressources hydroélectriques pour assurer son indépendance énergétique, et le barrage devait aussi permettre, en régularisant le débit de la rivière d’assurer le développement agricole de cette région déshéritée du Turkana, dans le nord de son territoire.

***

Turkwel kenya barrage voute aval

Photo Pierre M Bernard

Le barrage de Turkwel au Kenya est un barrage-voûte de 150m de hauteur. Sa construction a nécessité la mise en place de plus de 150 000m3de béton dans une gorge très étroite de la rivière Suam.
1980 Recensement des possibilités hydroélectriques par Sogreah
1982 Etude de faisabilité Sogreah
1985 Démarrage des travaux SPIE Batignolles
1985 1991 Construction des conduites d’amenée et de fuite de plus de 4 km, d’une conduite forcée inclinée à 45°, en partie blindée, de 450 m de longueur.et construction de la centrale souterraine pour l’ installation de deux groupes Francis d’une puissance totale de 106 MW.
1991 Fin des travaux

Publié le Vendredi 16 Février 2018

TURKWEL

Film de Gérard Langlois

gerard-langlois-biarritz.png

***

 Barrage de Turkwel.

 Aquarelle de Bruno Tassan

Cette aquarelle a été réalisée avant la construction dans le but de fournir une prévisualisation du barrage au client Kenyan.

  Image reçue de Bruno le jeudi 11 septembre 2014

Merci Bruno

Kenya 240 animated flag gifs

 

Barrage de turkwell

                 Image publiée le 6 Décembre 2014

Turkwel kenya brise charge

Photo du brise charge - Pierre M Bernard


Plan de situation du barrage

 Turkwel

Turkwel

 

C’était le départ du projet, avec l’étude de faisabilité lancée en 1982 et terminée au début de 1983, étude conduite par celui que nous regrettons toujours, notre ancien collègue Bruno Laurencin.Puis, grâce à la volonté politique des deux pays, les travaux ont pu démarrer en 1985, sur la base du projet préliminaire de SOGREAH. Là aussi, c’était une grande première, puisqu’il a fallu conduire les reconnaissances complémentaires de terrain, les études de détail, les travaux préliminaires, tout ceci à la fois, avec l’aiguillon de l’entreprise qu’il convenait d’alimenter à temps avec les plans et les spécifications techniques détaillées, dans le cadre d’un contrat à forfait, donc pratiquement figé…

Le projet lui-même était constitué principalement d’un barrage-voûte de 150m de hauteur, cela a necessité la mise en place de plus de 150 000m3 de béton dans une gorge très étroite.Les images de Gérard Langlois décrivent parfaitement le côté spectaculaire des travaux réalisés, avec notamment l’intervention de techniques alpines pour leur réalisation. Avec également la nécessité de former les travailleurs kenyans à ces techniques…

Thierry Leroy avait trouvé là un moyen, d’exprimer tous ses talents de grimpeur…

 

Turkwel

La construction des conduites d’amenée et de fuite de plus de 4 km, d’une conduite forcée inclinée à 45°, en partie blindée, de 450 m de longueur, de la centrale souterraine abritant deux groupes Francis d’une puissance totale de 106 MW, représentaient aussi autant de difficultés à réaliser dans un temps réduit, dans une région éloignée de tout, avec des liaisons par la route longues et hasardeuses, et des liaisons aériennes dont certains se souviennent sûrement encore, avec quelque effroi, des épisodes de pilotage à vue bien délicats pour traverser les orages tropicaux…

 

Turkwel

Le barrage à la mise en eau

 

Turkwel

La gorge : les excavations vues en plongée

Les polémiques qui ont pu naître avec ce projet surnommé par ses adversaires « l’éléphant blanc du Kenya » sont sans doute à la hauteur de ses exceptionnelles caractéristiques et de cette performance réalisée par les hommes qui l’ont construit.

Ces polémiques sont nées de la déception de voir les Français entrer dans un monde réservé jusque-là à l’influence anglo-saxonne, voir la technique française rivaliser avec les réalisations anglo-saxonnes comme celle de Kiambere sur la rivière Tana, mise en service avec un certain nombre de problèmes au moment des signatures des contrats lançant Turkwel, tout cela ne pouvait qu’exacerber les critiques qui s’appuyaient déjà à l’époque sur des pseudo arguments écologiques.

Pour l’auteur de ces lignes, qui a vécu là une expérience exaltante, une vraie aventure d’hommes en révélant non seulement leurs compétences techniques mais bien plus encore leurs qualités humaines, et avec le recul, le seul regret qui me reste, c’est de ne pas avoir pu mener à bien la réalisation des aménagements hydro-agricoles de l’aval. Ils auraient pu apporter un peu de progrès aux populations locales, restées à l’état d’une maigre survie pastorale, dépendante et exposée aux crues aléatoires d’une rivière capricieuse…Mais, là encore, la politique a commandé : les autorités françaises ne voulaient plus s’engager au Kenya, et pourtant cela aurait été la meilleure réponse possible aux critiques… Quant aux autres, ils n’allaient surtout pas mettre la main à la poche pour contribuer au succès d’un projet qu’ils continuent aujourd’hui encore à dénigrer…

Le monde est ainsi fait…

Merci encore à toi, Gérard Langlois de l’avoir fait si beau avec tes images…

Pierre Cochet

Novembre 2013

 

Texte de Pierre M Bernard

11 Mars 2018

 

Il est certain que le Kenya était à l’époque sous l’influence anglo-saxonne et que l’attribution d’un tel contrat d’aménagement a buts multiples à des Français, relevait du miracle. Il ne faut pas oublier malgré tout, que le client KVDA avait attribué, pour compenser, un contrat d’assistance à un bureau d’ingénieur conseils anglo-saxon WLPU, ayant pour objet d’observer le bon déroulement du projet.

Lors des réceptions en ateliers des équipements de turbines, ventelleries, conduites, qui permettent de faire les contrôles dimensionnels et de conformités par rapport aux spécifications techniques, des ingénieurs anglais se déplaçaient systématiquement pour assister aux vérifications, conduites sous la direction et la responsabilité de Sogreah. Une situation délicate à gérer compte tenu du contexte.

***

La Cathédrale Centrale de Turkwel

Un tunnel d’amenée d’une longueur de 2900 m et de 20m2 de section, relie l’ouvrage de la prise d’eau à la conduite forcée. La conduite forcée d’un diamètre de 3 m, d’une longueur de 150 m et inclinée à 45°. Elle se divise en deux parties (2 fois Dia 2 m) par une culotte de raccordement à la centrale hydroélectrique creusée à même le roc et équipée de 2 groupes distant de 14 m. En amont des groupes, les conduites d’amenées sont équipées de robinets sphériques d’un diamètre de 1,4 m. Chaque groupe comprend une turbine de type Francis à axe vertical d’une puissance nominale de 57 MW, sous une chute d’eau nette de 348 m. Vitesse nominale 600 t/mn.

Un pont roulant de 120 t permet la manutention et le démontage des groupes lors de la maintenance.

Les câbles de puissance en 11KV cheminent par la galerie afin de rejoindre la sous station de sectionnement située à l’extérieure.Un système de ventilation installé, utilise la galerie d’accès et la galerie de câbles afin d’obtenir un renouvellement de l’air de 2 à 4 fois par heure

Turkwell general arrangment

Tukwel general arrangement red

***

Turkwell Power House

Turkwel power house red***

ANECDOTE

Une anecdote, les toilettes de la centrale !! Hé oui, généralement cette partie des études est généralement négligeable et passe inaperçue.

Pourtant à Turkwel, « le toilette » de la centrale a fait couler beaucoup d’encre et nécessité de nombreuses réunions avec le client et nos amis anglais consultants du client et expert en la matière en la personne de Sir John Harington, inventeur  « du toilette », d’où l’expression anglaise « going to the John ».

La solution simple qui consistait à rejeter environ 500 g/j de matière fécale en aval du drafttube, avec une chasse naturelle de 17 m3/s n’a pas suffit pour convaincre que les risques de pollution de la rivière Tukwel étaient inexistants.

C’est ainsi que nous avons été amenés à étudier une installation comportant une cuve tampon, une pompe dilacératrice, une unité de traitement par culture fixée sur disques rotatifs et 500 m de tuyauterie.

 

¨Page complétée le 14 Mars 2018

 Barre vert prom haies

Voir les photos du barrage de Turkwel

clic sur la photo ci dessous

Barrage

***

 

voir les photos de la journée du 22 nov 2013

clic sur la photo ci dessous

 

01 imgp7552

 Ten ways for elephants to get down a muddy river bank 

Clic sur la photo pour voir la vidéo

Elephants

 

Animated flag kenya

retour-1.jpg


 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 2018-03-18