Hommage à Jacques Matringe 2012

 Hommage à Jacques Matringe

 

matringe-jacques.jpgC’est avec beaucoup de peine que nous avons appris jeudi 27 décembre 2012 que notre ancien collègue Jacques Matringe était décédé le jour de Noël. Il avait 89 ans.Jacques Matringe a effectué toute sa carrière à Sogreah de 1954 jusqu’à son départ en retraite en 1983.Après avoir effectué de nombreuses missions au Moyen Orient notamment , il s’est vu confier la direction du BOP(Bureau des Opérations).En 1974,et sous la direction de Jean Pierre Gamot, Sogreah a renforcé le système de suivi de la gestion des heures passées sur les affaires. Le BOP fut créé et on a eu ainsi une meilleure vision du carnet de commandes et de la charge de travail des mois à venir.

Chacun se souvient des graphiques en « queue de cheval »qui nous étaient distribués chaque mois. Un gros travail de collecte et de mise en forme puisque réalisé sans les systèmes automatiques de tracé des graphiques qui sont arrivés plus tard.

Avec le BOP, Sogreah était entré dans ce qu’on appelle aujourd’hui le management.

Dans les années soixante les anciens disaient que c’étaient les clients qui venaient solliciter les services des sociétés spécialisées dans la construction de grands barrages.Il faut dire que les sociétés qui pouvaient construire des grands ouvrages hydrauliques se comptaient à l’époque sur les doigts d’une main : Sogreah -Coyne et Belier-Hydro Quebec-Electrowatt -Lavalin et quelques autres.

 Jacques Matringe fut aussi très impliqué dans la vie du quartier Malherbe. Vers 1954, sa famille s’installa dans ce quartier qui a été appelé quartier Malherbe après les jeux de 1968. La construction de la maison de la culture , des nombreux immeubles du centre de presse et du centre œcuménique Saint Marc fut suivie un peu plus tard par le grand chantier du siège de la caisse régionale du Crédit Agricole.

Jacques Matringe était un des piliers de l’Union de quartier avec notre ancien collègue Louis Greslou.

Ses voisins de Malherbe étaient nombreux ce samedi 29 décembre lors de la cérémonie qui eut lieu à Saint Marc. Ce fut un moment d’émotion tant les témoignages furent nombreux et touchants. Ses enfants , ses 19 petits enfants et quelques voisins, ont évoqué les bons souvenirs qu’ils avaient de lui. Il repose à Saint-Paul-les-Monestier.

 En écrivant ces lignes on a bien sûr une pensée pour son fils Jean Marie qui fut aussi notre collègue. On se souvient tous de son décès accidentel en montagne le 30 avril 2006.

Il repassait souvent nous voir à Echirolles après son départ de Sogreah chez Charlatte qui avait fait appel à ses grandes compétences.

Jacques MATRINGE était un fidèle adhérent à l'Amicale des Retraités et laisse le souvenir d'un collègue compétent, très simple et très amical.

 L’Amicale et tous ses anciens collègues expriment à sa famille leur sympathie attristée

 Claude Moinet et JC Pellet


L’anecdote suivante a été écrite par Jacques Matringe pour René Zarb Cousin décédé en Mai 2011.

 Envoyé le 12/05/2011 à 23 h 18 min

Après 28 ans de retraite, les souvenirs de cet homme si sympathique me reviennent facilement en mémoire. C’était un homme compétent, très simple et très amical.

Je crois que tous ceux qui l’ont côtoyé ne peuvent qu’en garder de bons souvenirs.

Pour ma part, je me rappelle, en particulier, un retour d’Abu-Dhabi, probablement en 1969 ou 70 : nous rentrions tous deux de mission.

Nous étions assis côte à côte, dans un Convair-Coronado. C’était un quadri-réacteur qui avait une particularité : il avait un réservoir placé au dessus de chacun des réacteurs, au dessus et à l’arrière des ailes.

Avion 019

Je ne me souviens plus de notre conversation, mais elle fut interrompue brusquement par René qui, placé contre le hublot, s’était aperçu que l’un de ces réservoirs fuyait : un filet de kérosène circulait le long du capot et se dissipait dans l’atmosphère. Le plus discrètement possible, nous avons demandé à l’hôtesse d’avertir le commandant de bord qui est venu voir, avec l’air un peu inquiet, mais il nous a dit “on va utiliser ce réservoir en priorité, dans un quart d’heure il sera vide”. Au cours de cette mission,René Zarb Cousin avait effectué un gros travail de topographie, et le sable des dunes avait sérieusement rayé ses lunettes.
Je pense à sa famille et lui adresse ma sympathie attristée.

Jacques Matringe


Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 2018-02-05