Archéologie des bateaux de l’Isère par A Schrambach


Archéologie des bateaux de l’Isère par A Schrambach


LA BATELLERIE ET LES BATEAUX DE L’ISERE

La batellerie de l’Isère, affluent du Rhone, est ancienne. Des textes indiquent déja la présence de radeliers dans les premiers siècles ap JC mais il n’est pas impossible que dès le Bronze sinon le Néolithique (par analogie avec les embarcations des lacs alpins et jurassiens) des esquifs de nature inconnue (radeau, pirogue monoxyle) étaient utilisés sur la rivière (transport local, pêche).

Il faut attendre les textes de la fin du Moyen Age pour avoir des informations irréfutables. Des noms de bateaux, et leurs usages, sont cités sans que l’on connaisse leurs descriptions et leurs structures. Aux Temps Modernes on voit apparaître des images d’artistes qui comportent fréquemment des détails bien représentés. Enfin aux XIXe et XXe siècles des photographies sont disponibles, témoins précieux en particulier pour la sapine, la cyzelande et le barquot.

Après une existence d’au moins deux millénaires, la voie fluviale de l’Isère qui assurait les liaisons Savoie-Dauphiné et pays méditerranéens périclita. La navigation commerciale s’arrêta à la fin des années 1860, concurrencée par les routes modernes et le chemin de fer. Les derniers radeaux et bateaux disparurent vers les années 1930.


CLIC SUR LE BATEAU POUR ACCES AU SITE

 image005.jpg

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 2013-01-26